Cuisine·DIY

Les cookies avec l’okara d’amandes

Dans un article précédent, je vous racontais comment je faisais mon lait végétal maison. Après plusieurs essais, j’ai trouvé la recette de cookies pour utiliser l’okara, la poudre d’amande restante après le mixage.

Il faut:

  • 100 gr d’okara d’amande
  • 100 gr de farine semi complète
  • 30 gr de sucre complet
  • 30 gr de pépites de chocolat
  • 30 gr d’huile de noix de coco
  • 1/2 sachet de poudre à lever

20171116_122317.jpg

Mélanger l’okara, la farine, le sucre et la levure pour former une sorte de pâte à crumble. Ajouter l’huile et mélanger jusqu’à l’obtention d’une boule facile à façonner. Incorporer les pépites de chocolat. Si la pâte est trop sèche pour former une boule, rajouter une cuillère à soupe de purée d’oléagineux ou mouiller avec un peu de lait d’amande. Mon okara étant tout frais du jour, pas besoin d’humidifier ma pâte.

Former des boulettes de la taille d’une balle de ping pong puis applatissez avec la paume de la main. Enfourner à 180 ° pour20 minutes (à voir selon le four).

Puis déguster!!

Publicités
Décoration·DIY

Un cadre pour mes jolies plumes!

Cet été, nous sommes allés en vacances dans le Lot, et nous avons visité le parc animalier de Gramat qui abrite des espèces sauvages, et d’autres beaucoup moins, puisqu’il comporte un conservatoire des espèces domestiques. Nous y avons vu « veau, vache, cochon, couvée… » (aaaah les fables de la Fontaine!!).

Devant les volailles, j’ai ramassé avec ma coquette de jolies plumes qui sommeillaient jusqu’à présent dans la « boîte à plumes » où nous entassons nos petits trésors. J’embarque souvent les trucs que je trouve au gré de mes balades, feuilles, bois, plumes, etc… et je leur trouve parfois une nouvelle vie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est le cas des plumes de faisan doré que j’ai trouvé ce jour-là.

23316397_10213130543711977_6598557059055983754_n

Le mois dernier, lors d’un déplacement professionnel, je me promenais dans une ville que je ne connaissais pas et je suis entrée dans un magasin « Bouchara », que je ne connaissais pas non plus (je viens de découvrir qu’il y en a un à 15 km de chez moi!)

J’y ai trouvé plusieurs  choses : une règle éléphant trop mimi pour ma belette (elle n’arrête pas de me piquer l’équerre dont je me serre pour la couture!), une veilleuse écureuil pour Monsieur Sourire et un cadre en verre. Révélation! Ce sera parfait pour mettre en valeur mes trouvailles du Lot!

Il ne reste plus qu’à trouver l’endroit parfait pour l’accrocher!

PS: je viens de créer un compte Instagram et Facebook « un petit grain d’or » pour mettre en image mes (projets de) créa ! N’hésite pas à venir jeter un œil (mais sois indulgent, ils sont tout neufs!).

Cuisine·DIY·Gestes verts

Faire soi-même son lait végétal

Je ne bois plus de lait de vache depuis quelques années, pour des raisons éthiques, écologiques mais aussi pour varier mon alimentation végétarienne. Pour le petit déj’, je bois des laits végétaux (avoine, soja, riz, amande), le dernier ayant ma préférence. J’ai vu à droite et à gauche des recettes pour faire soi-même son lait végétal mais je n’y avais pas prêtée plus attention que ça. Et puis finalement, j’ai eu envie de tenter l’expérience car c’est rapide, économique et zéro déchet puisque je ne jette pas de brique en carton au recyclable. Il existe plusieurs façon de faire, moi j’ai testé celle-ci :

Pour un litre de lait végétal à base d’oléagineux (amande, noisette, cajou…), il vous faut:

  • 1 l d’eau
  • 100 gr de fruits secs
  • un mixeur
  • une passoire et une étamine (un tissu fin et propre fera l’affaire)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Laisser tremper les fruits secs une nuit dans l’eau. Jeter l’eau de trempage et les mixer au robot avec le litre d’eau. Passer le mélange à la passoire doublée de l’étamine pour recueillir les débris de noix (ne pas jeter ce reste que l’on nomme l’okara, il s’utilise dans d’autres recettes!). Une fois filtré, le mélange se conserve, dans un récipient fermé, trois jours au frigo.

Avec cette technique, j’ai réalisé un lait noisette-cajou et un lait d’amande. Franchement, c’est bon, vite préparé et économique!

Et avec l’okara, j’ai réalisé les biscuits moelleux de Marie Laforêt, en apportant différentes modifications (dans cette version, j’ai ajouté du chocolat 🙂 ).

Sans être végétalienne, je pioche beaucoup d’idées de cuisine dans son livre de recette Vegan. Ma coquette aime beaucoup (et moi aussi!!!!)

Envie de tester le lait végétal maison? Quelle est ta recette fétiche pour utiliser l’okara?

Bricolage·DIY·Gestes verts

Le liniment et le flacon pompe maison

Pour la toilette du siège de mes enfants, j’utilise depuis leur naissance du liniment oléo-calcaire que j’achète en pharmacie. Nous n’avons jamais utilisé de lotion de toilette ou de lingettes, même en balade, à cause de leur composition souvent montrée du doigt et/ou de leur caractère jetable. Les bienfaits du liniment, émulsion d’huile d’olive et d’eau de chaux, ne sont plus à prouver: il nettoie, protège la peau et prévient l’érythème fessier de façon efficace. Il peut même être utilisé pour masser bébé ou pour appliquer sur les sécheresses cutanées.

Mais si les liniments vendus en pharmacie sont de composition globalement correcte, il y a presque systématiquement des ingrédients ajoutés à l’huile et l’eau de chaux, ils ne sont pas toujours bios et ils coutent assez cher. J’avais donc envie de le réaliser moi même, d’autant que c’est est un jeu d’enfant et que c’est très économique.

J’ai suivi la base de la recette du site Esprit Cabane. Pour réaliser 500 ml de liniment, il faut:

  • 250 ml d’huile d’olive bio
  • 200 ml d’eau de chaux ( en magasin bio)
  • 10 gr de cire d’abeille (en magasin bio)
  • un contenant propre
  • un tablier (le liniment, c’est trèèèèèès gras!)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Attention, cette recette est très rapide! A peine commencé, c’est déjà prêt! Faites fondre la cire d’abeille dans l’huile d’olive au bain marie à feu doux.

Quand la cire est fondue, ajouter l’eau de chaux au mélange tiède et mélanger vivement avec le fouet. Si ça ressemble à de la mayo, vous avez fini!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Laisser refroidir avant de verser dans votre récipient s’il est en plastique.  C’est là que je vous parle d’un second DIY.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’envisage, vu la simplicité et la rapidité de cette préparation, de la préparer désormais moi-même. Mais il n’est pas question de remettre du liniment neuf dans la même bouteille pour des raisons d’hygiène: la durée de conservation du liniment maison, sans conservateur, est d’un mois environ. Je n’envisage pas non plus d’acheter une bouteille en plastique à chaque préparation, pour des raisons écologiques évidentes. Et laver la bouteille en plastique entre chaque préparation, c’est juste impossible quand on connaît la texture grasse du liniment.

Alors je me suis dit que j’allais faire moi-même ce qui me manque, ici donc un contenant écologique et lavable aisément au lave vaisselle: un flacon pompe en verre. Je me suis inspirée de ce tuto-ci.

Pour le faire, il vous faut un flacon pompe en plastique qui se dévisse, un bocal en verre et son couvercle, un joint de plomberie qui s’adapte au goulot du flacon et du matériel de bricolage (perceuse, etc…).

Après avoir dévissé le mécanisme de la pompe, j’ai découpé au cutter le pas de vis de ma bouteille de liniment. J’ai ensuite percé le couvercle du bocal avec une perceuse et ajusté la taille du trou à la meuleuse. J’ai passé un coup de peinture en bombe pour cacher les éraflures du couvercle. Après avoir mis un joint sur le pas de vis, je le glisse dans le trou du couvercle et il ne reste plus qu’à visser la pompe par dessus pour pouvoir utiliser le bocal en flacon pompe. Contrairement au tuto d’EMOAEMOA, tout est démontable pour faciliter le lavage. Le joint suffit pour l’étanchéité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme le verre est transparent alors qu’il est plutôt recommandé de conserver les crèmes à l’abri de la lumière, j’ai mis une housse à mon bocal : une simple chaussette trouée à laquelle j’ai coupé le pied!

Alors, que penses-tu de ces idées? Toi aussi adepte du liniment maison?

Cuisine·Gestes verts

Le jus de fruit zéro déchet

L’hiver dernier, j’ai reçu par le type à la barbe blanche un joujou extra qui fait crac boum hu… (pardon, je m’égare):  un extracteur de jus! Je ne te mentirai pas, je ne m’en sers pas tous les jours mais c’est quand même un équipement de cuisine que je trouve super. Il me permet d’éviter de jeter certains fruits, par exemple quand ils s’abîment trop vite pour que nous ayons le temps de les manger.

Cette fois-ci, les clémentines achetées étaient vraiment trop acides et tout le monde les boudait alors hop, hop, hop, passage à la moulinette. Pour en adoucir l’acidité, j’ai rajouté une banane et pour un coup de pep’s supplémentaire, une demi grenade. Ni vu ni connu je t’embrouille, adieu les clémentines toutes beeeeurks, bonjour le délicieux petit jus, ma coquette n’y a vu que du feu.

 

Et pour un jus 100% zéro déchet, j’ai conservé les pelures pour parfumer le vinaigre blanc dont je me sers pour le ménage! Anticalcaire, désinfectant, le vinaigre est très efficace comme produit ménager en plus d’être peu cher et écologique mais son odeur est assez prononcée. Avec les peaux d’agrumes, plus de soucis et l’action désinfectante est renforcée, patientez juste deux bonnes semaines pour la macération!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et toi, quelles sont tes recettes et astuces zéro déchet?

Décoration·DIY·Gestes verts

DY Papier cadeau nature et récup’

Je suis inscrite depuis peu sur le site Oui are Makers. Dernièrement, ils ont ouvert un concours avec la collaboration de Nature et Découvertes: le Challenge DIY “Paquets Cadeaux Nature” et j’ai voulu y participer. Quoi de mieux pour célébrer la nature que de recycler ? C’est pourquoi j’ai utilisé pour ce tutoriel des matières naturelles ou destinées à finir à la poubelle afin de créer des paquets cadeaux chics, pas chers et verts !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour réaliser ces paquets, il te faut:

  • des sacs en papier, par exemple des sacs pour achat en vrac des magasins bio,
  • des pommes de terre germées et fripées (si elles sont encore bonnes, mange-les!)
  • des feuilles d’arbre, 
  • de la peinture et des pinceaux,
  • de la ficelle,
  • un cutter, une paire de ciseaux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Préparation des feuilles et des fonds

Après avoir ramassé des feuilles, les faire sécher dans un chiffon sous de gros livres. Pendant ce temps, préparer les sacs : les ouvrir, égaliser les bords et retirer les parties abîmées. Si les sacs sont imprimés, les retourner et peindre afin de faire disparaître les inscriptions. Ne pas trop diluer la peinture à l’eau pour qu’elle reste couvrante et qu’elle ne détrempe pas le papier.

Préparer le tampon

Couper la pomme de terre germée en deux. Dessiner au cutter le contour de la feuille. Si le dessin n’est pas parfait, il est possible de le rectifier ensuite. A partir du contour, couper au cutter jusqu’au bord de la pomme de terre afin de réaliser des rayons. Ensuite, détacher les morceaux en coupant horizontalement avec le cutter. Une fois la forme générale dégagée, affiner le contour si nécessaire et tracer avec le cutter les rainures de la feuille. Essuyer la pomme de terre avec un chiffon pour enlever l’humidité. Elle se conserve facilement posée sur la face tranchée, dans un récipient fermé.

Tamponner les fonds

Appliquer de la peinture au pinceau sur le tampon et faire des essais sur un papier afin de repérer la quantité de peinture nécessaire. Ensuite tamponner sur les fonds peints ou bruts de façon régulière. Mixer les formes et les couleurs selon vos envies !

Peindre les feuilles

Peindre les feuilles délicatement car une fois séchées, elles sont très friables.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Emballer les cadeaux

Emballer les cadeaux et faire tenir le papier avec la ficelle: la nouer plusieurs fois autour du paquet puis la croiser et faire passer le lien dans l’autre largeur. Faire un nœud serré.

Décorer les paquets

Glisser les feuilles peinte ou brutes dans la ficelle, éventuellement mettre un point de colle pour fixer les récalcitrantes.OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOffrez pendant que c’est encore chaud ! 

Si tu as aimé ce tuto, n’hésite pas à me laisser un commentaire et/ou à aimer sur la page de Oui are Makers ici!

DIY·Gestes verts

Le savon liquide fait maison

Pour réduire nos déchets, j’ai acheté des savons de Marseille, sans emballage, à la Biocoop. Le hic, c’est que ce savon n’a pas le temps de sécher entre les lavages, il supporte mal d’être humide et devient tout mou. Nous l’avions mis de coté quelques temps et puis finalement, j’ai tenté une recette de savon liquide trouvée dans ce Kaizen pour en faire quelque chose.

Pour la réaliser, il faut:

  • 125 g de savon de Marseille
  • 300 ml d’eau
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • une rape
  • une casserole et une cuillère en bois
  • un flacon à pompe (recyclé c’est mieux)OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour commencer, râper le savon pour en faire des copeaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAMaintenir l’ébullition et mélanger sans cesse jusqu’à ce que la totalité du savon soit fondu. Pour moi, ça n’a pas été une mince affaire! Pour un savon qui se ramollissait à l’usage, il s’est bien défendu quand il a fallu le dissoudre dans la casserole, le vilain!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Laisser refroidir avant de verser dans le flacon-pompe. Le savon liquide a tendance à se séparer en deux phases et à s’épaissir en refroidissant. Il faut donc mélanger régulièrement, voire rajouter de l’eau si la texture devient trop épaisse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ca fait un peu soupe de sorcière (c’est dans le thème avec Halloween qui approche 🙂 ) mais c’est très agréable à l’usage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fini le savon tout fondu dans le porte-savon!

Et toi, quelles sont tes recettes de produits maison?

 

Décoration·DIY

Le cadre bling-bling

Si comme moi, tu as des pièces de monnaies étrangères qui trainent dans la « boite à tout-mettre » ou le « tiroir à bazar », ce tuto est pour toi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Monsieur mon Homme a voyagé au quatre coins du monde, nous avons donc nombreuses de ces petites pièces à la maison. Elles ne servent à rien et j’ai eu envie d’en faire quelque chose (parce que soyons honnêtes, avec notre ti-bout, notre prochain voyage à l’autre bout de la planète c’est pas pour demain). Pour faire mon cadre, j’ai eu besoin:

  • de pièces de monnaie
  • d’un cadre aux dimensions correspondant au nombre de pièce (20*30 ici)
  • d’une marie-louise (que tu peux aisément faire toi même et aux dimensions qui te conviennent si besoin, en utilisant du papier épais pour contenir correctement les pièces)
  • un fond blanc de la taille du cadre (j’ai utilisé le papier présent dans le cadre)
  • des serviettes en papier ou du sopalin

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après avoir ouvert ton cadre et glissé ta marie-louise à l’intérieur, dispose les pièces en prenant soin qu’elles ne glissent pas sous le cadre de papier. Essaie d’en mettre un maximum et de combler les vides afin qu’elles ne glissent pas une fois le cadre relevé. Il vaut mieux écarter les pièces trop épaisses pour faire ta composition car elles empêcheront la pression sur la vitre et feront glisser les pièces plus fines.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après avoir déposé le fond blanc sur les pièces, tu recouvres d’une couche de papier (sopalin ou serviettes) afin de serrer au maximum les pièces contre la vitre et fixer leur position.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il reste à mettre à présent le dos du cadre. L’épaisseur de papier est la bonne si tu peines un peu à mettre le dos du cadre: les pièces sont serrées, elles ne bougeront pas!

Tadaaaaam! Voilà un joli cadre fait en quelques minutes (et en plus qui te débarrassent des pièces qui trainent, c’est pas beau ça!)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’idée te plait? N’hésite pas à me laisser un petit commentaire!

 

Décoration·DIY

La couronne de porte en feutrine

Après avoir vu le mobile en feutrine de son petit frère, ma coquette a réclamé elle aussi des figurines pour sa chambre. Elle a choisi elle-même les coloris et les modèles dans le magazine « spécial coudre c’est facile n°14, un monde féerique en feutrine ». J’ai un peu réduit son choix car je n’ai pas eu envie de travailler la feutrine pendant des mois voyez-vous. Finalement, nous avons validé l’option licorne et pégase. Le résultat obtenu est très différent de celui du magazine car j’ai souhaité travaillé à plat ma feutrine, sans rembourrage donc, et n’est utilisé le patron que pour la forme du corps. Le reste, c’est à ma sauce!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai pris plaisir à fabriquer ces chevaux fantastiques, d’autant que ma mini a suivi tout ça de très près. Elle a été absolument conquise quand j’ai eu l’idée de rajouter des paillettes. Le combo « rose – licorne – paillettes », ça marche à tous les coups quand on a 4 ans! En plus, j’ai juste eu à piocher dans mes – touts nouveaux – tiroirs à bazar (si tu as suivi, tu sais déjà de quoi je parle, sinon tu peux aller ) pour trouver mon bonheur. J’ai juste eu à acheter le cercle métallique.

Pour celles qui voudraient faire une déco « so girly » pour la porte de chambre de leur fillette, voici la marche à suivre:

Il te faut:

  • un cercle en métal (Cultura)
  • de la feutrine (Cultura pour les feuilles, Mondial Tissus au mètre), du fil à broder
  • de la colle pailletée
  • des pompons (10doigts)
  • du ruban
  • du fil, une aiguille, une paire de ciseaux OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’abord, réalise tes petits personnages en feutrine. J’ai trouvé l’inspiration dans un magazine mais il existe de nombreuses idées sur Pinterest. Je pense qu’un de ces jours, je vais me lancer dans la réalisation de mes propres patrons pour ce genre de travaux, ça me parait assez accessible. J’ai choisi de broder les yeux plutôt que de mettre des perles comme indiqué dans le pas à pas de « coudre c’est facile », ma licorne me parait plus expressive ainsi (en vrai, c’est parce que je n’avais pas les perles qui faut sous la main mais chuuuut!)

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAJ’ai doublé la feutrine pour le corps afin de lui donner un peu de tenue. Pour la licorne, j’ai fixé les différentes pièces avec une aiguille à feutrer. C’était pour moi l’occasion de tester cet outil. C’est plus rapide qu’à coudre mais le verso n’est pas net car la feutrine de couleur traverse le dos et cela donne un aspect un peu effiloché. Pour le pégase, j’ai opté pour le fil et l’aiguille. C’est plus long de faire des petits points mais la couture est quasi invisible. Et j’ai souligné quelques détails avec des paillettes. Il faut un peu de temps pour que ça sèche mais c’est tellement chou!

Ensuite, confectionne l’attache: un morceau de ruban, deux pompons, un point de couture et c’est réglé!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAEnsuite, il faut fixer les personnages sur le cercle avec le fil, puis les pompons. J’ai un pistolet à colle et j’ai hésité à m’en servir. Evidemment, c’est moins fastidieux qu’à coudre mais dans ma logique actuelle de faire « plus sain » quand c’est possible, j’ai préféré le fil à la colle (j’ai fait une entorse pour la colle pailletée!). Par ailleurs, comme j’ai modifié plusieurs fois le positionnement de mes éléments, je ne regrette pas mon choix. Avec la colle chaude, si tu te trompes, c’est difficile de décoller sans abimer la feutrine, pareil pour les pompons.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il faut prendre son mal en patience et coudre tous les pompons autour de la couronne, de sorte que le métal ne soit plus visible. Je suis repassée plusieurs fois dans chaque pompon afin de bien les serrer et pour éviter les trous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPour boucher les creux restants, j’ai repassé un fil avec des pompons gris, plus petits. Ne reste plus qu’à accrocher l’OEUVRE (oui, soyons modeste) sur la porte de la progéniture!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

PA015822.JPGQue penses-tu de ces poneys pas comme les autres? Envie toi aussi de réaliser une couronne de porte? N’hésite pas à me laisser un petit commentaire si ce tuto t’a plu!

Bricolage·DIY

Mon chiffonnier avec le meuble Tarva de Ikea

Bonjour, bonjour! Aujourd’hui je vous raconte comment j’ai mis à mon goût la commode à 5 tiroirs Tarva de chez Ikea. Je cherchais un meuble qui rentre dans un recoin de mur près de l’emplacement où j’ai installé mon bureau pour y mettre tout mon bazar mon matériel de loisirs créatifs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au départ, j’ai cherché sur le Bon Coin parce que j’aime l’idée de recycler des vieux meubles plutôt qu’acheter du neuf. Malheureusement, vu la taille du recoin, je n’ai pas trouvé mon bonheur. Je me suis donc tournée vers l’ameublement neuf et j’ai jeté mon dévolu sur une commode de chez Ikea, parce qu’elle est faite d’une matière naturelle, le bois massif (excepté le dos et les fonds de tiroir) et qu’elle est vendue brute, ce qui rend plus aisée la personnalisation.

Je vous explique comment j’ai procédé ci-dessous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • de la teinte: moi j’ai choisi « chêne foncé » de Luxens (la marque de Leroy-Merlin), une des rares marques de teinte dans le rayon notées A+ pour l’émission de COV (composés organiques volatils participants à la pollution intérieure). En plus, ça se nettoie à l’eau
  • un pinceau et des mèches de coton pour appliquer la teinte
  • des gants pour se protéger les mains sous peine d’arborer aussi une jolie teinte bois (perso, j’aime pas en porter, alors les mains tachées, ça me connaît!)
  • de la cire : j’ai opté pour une incolore, en pâte, elle aussi de la marque Luxens car elle aussi A+
  • des poignées et boutons (et probablement un marteau), ici dépareillés et couleur laiton, pour le coté industriel que j’aime: pensez à vérifier que les pointes fournies sont compatibles avec votre meuble, pour ma part, il a fallu que j’achète des pointes plus courtes (le reste du sachet me servira pour un autre projet que j’ai en tête)
  • du papier peint (et la colle qui va bien avec, ainsi qu’un cutter) pour décorer les fonds de tiroir (facultatif). ici, ce point a suscité l’incompréhension totale de mon « Cher-et-tendre »: « Mais à quoi ça sert puisque tu vas mettre plein de trucs dedans et qu’on verra plus le fond????? » Certes…. c’est pas faux comme dirait l’autre… Mais mes tiroirs auront la classe!! Voilà la simple et unique raison, qui rend donc l’achat du papier peint facultatif.
  • Un chiffon qui sera bien utile tout du long
  • Un meuble Tarva évidemment!

TARVA Commode 5 tiroirs IKEA

Pour commencer, on monte le corps du meuble. Pour qui a l’habitude, l’opération est relativement simple et rapide. Ensuite, on commence à s’amuser avec la teinte 🙂

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il faut l’appliquer de façon homogène, sans craindre d’en mettre trop, et en l’étirant toujours dans le sens des veines du bois. C’est beaucoup plus facile à appliquer que la peinture à mon sens, il faut juste éviter les coulures qui risquent de se voir par la suite si elles ont le temps de sécher. Pour appliquer, on peut utiliser les mèches de coton (on en met moins, c’est plus long mais ça limite les coulures) et le pinceau (plus rapide, plus précis pour les angles). Si coulures il y a, pas de panique, on a le temps d’intervenir avant que ça ne se voit vraiment. Plus on charge en teinte, plus l’effet sera soutenu, idem si on passe plusieurs couches. La teinte sèche vite et elle se nettoie à l’eau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pendant que la teinte sèche, on peut s’atteler au fond de tiroir. On découpe avec une marge la taille du tiroir dans le papier peint. On encolle ensuite généreusement le fond de tiroir. Pour ma part, afin de favoriser la prise de la colle, je l’ai mise sur le dos du fond de tiroir (oui, oui, le dos du fond, ça existe!), car il est moins lisse que l’autre face. On encolle donc le fond de tiroir mais aussi le papier peint, en particulier s’il est très épais. Il faut attendre un peu que la colle s’imprègne puis on peut poser notre fond de tiroir sur le papier. C’est ici que le chiffon entre en scène si toutefois vous n’avez pas eu à l’utiliser jusque là – et çà, j’ai du mal à le croire parce que moi, à cette étape là, j’ai déjà renversé la teinte deux fois par terre, et m’en suis collée un peu partout sur mes fringues – car il va servir à « maroufler » le papier sur le support pour éviter les bulles d’air (Valérie Damidot, sors de ce corps!).

OLYMPUS DIGITAL CAMERAQuand le papier peint adhère bien sur son support, hop hop hop, 4 coups de cutter et c’est dans la poche!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAMaintenant, on retourne auprès de notre meuble. Une fois que la teinte est sèche, on applique une couche de cire pour protéger la teinte. Là aussi, on peut utiliser pinceau ou mèche de coton, voire même un chiffon mais vu la taille du meuble, le pinceau est ton ami. La cire, au moment de l’application, blanchit le meuble mais l’effet disparait en sèchant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une fois la cire sèche, on passe un bon coup de chiffon pour lustrer le bois et lui donner un coté satiné et on pose les poignées. On fait attention à bien toutes les centrer. Petit conseil, mettre un torchon (toujours lui!!) sur la pointe au moment de l’enfoncer peut s’avérer utile pour ne pas abimer la poignée avec ton marteau si comme moi tu n’es pas une championne de la précision (mais c’est tout petit une pointe faut dire!)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et le tour est joué!!

Alors? Vous aussi vous avez envie de vous tacher les doigts pour teindre des meubles 😉 ?

NB: la mise en page de cet article n’est pas géniale mais j’ai eu de gros soucis pour le publier, mon article « disparaissant » toutes les deux minutes (sans mentir!) m’obligeant à rouvrir mon brouillon à chaque fois. Bref, c’est un peu free-style mais ce n’est pas voulu!

 

 

Couture·DIY

Le headband papillon

Dernièrement, je vous montrais une petite jupe cousue pour ma coquette à sa demande, alors qu’elle me voyait faire un sarouel pour son frère. Quand je couds pour elle, j’aime bien réaliser un petit accessoire en parallèle pour assortir à sa tenue. Pour aller avec cette jupe, j’ai eu envie de lui faire un petit papillon en origami. Pour ce faire, j’ai suivi le tutoriel de Louise des « Lubies de Louise ». Ses explications sont limpides, ce papillon se coud très très vite!

Je l’ai monté sur un élastique récupéré sur la ceinture d’un vieux leggings (j’aime bien recycler) car je le trouvais plus souple que les élastiques que j’achète en mercerie (en plus, il ne m’a rien couté 😉 ). Pour finir, j’ai cousu un petit anneau de tissu pour dissimuler la couture disgracieuse de l’élastique. Et hop! un joli headband pour ma belette!OLYMPUS DIGITAL CAMERAEt vous, vous avez déjà testé l’origami en tissu?

Cuisine

Le nougat glacé effet « whaou »

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un dessert fait à plusieurs reprises et qui remporte à chaque fois un vif succès (à moins que mes convives ne soient très polis et ne se forcent à tout manger en mimant le plaisir !!!!).

J’ai trouvé cette recette sur Marmiton alors que je cherchais un dessert pour les fêtes de fin d’année. En bonne végétarienne, j’adore les fruits à coque, il y en a toujours à la maison, c’est donc le dessert idéal pour moi. J’ai apporté quelques modifications à la recette originale, trop sucrée à mon gout.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour réaliser ce dessert pour 6 personnes (les parts sont copieuses):

  • 3 œufs
  • 40cl de crème fleurette entière
  • 100 gr de miel liquide
  • 50 gr de sucre complet (ici du sucre rapadura) + quelques cuillères à soupe
  • 225 gr de fruits secs: dans cette recette, il y 150 gr d’amandes, 50 gr de pistaches et 25 gr de noix. Vous pouvez varier avec des noisettes, des noix de pécan, des raisins secs, des figues séchées etc… Il y en a une grande variété disponible dans les rayons « vrac » des magasins bios

Il faut monter les blancs d’œuf et la crème en chantilly alors direction le frigo pour les saladiers!

On commence par s’occuper des fruits secs en les concassant grossièrement puis en les faisant torréfier dans une poêle, sans matière grasse. Quand les fruits secs commencent à colorer, on saupoudre de sucre afin qu’ils caramélisent. On laisse refroidir (on a le droit de gouter mais on ne mange pas tout!)

Pour concasser les fruits secs, il y a plusieurs écoles : le rouleau à pâtisserie, le pilon, le robot, etc… Personnellement, je coupe les amandes au couteau et je finalise avec un gros verre, j’écrase à la main les noix et les pistaches (qui sont minoritaires dans mon mélange alors ça ne me prend pas 100 ans, non non non!)

On sépare les œufs. On réserve les blancs au frais dans le saladier déjà rafraichi et on mélange les jaunes avec le sucre complet (ça ne blanchira pas vraiment comme avec du sucre raffiné).

Pendant qu’on monte les blancs en neige, on chauffe le miel dans la poêle. Quand ils sont fermes, on incorpore le miel chaud aux blancs. Une fois que le mélange est homogène, on ajoute les blancs aux jaunes.

On monte la crème en chantilly et on l’ajoute à la préparation. Pour finir, on met les fruits secs caramélisés dans le mélange. J’en conserve une bonne partie pour la déco et pour en rajouter si besoin dans les moules individuels. Il ne faut pas que la part soit trop riche en fruits secs sinon elle devient difficile à manger avec la cuillère.

On verse la préparation dans un moule allant au congélateur. J’utilise un moule pour 6 muffins en silicone et un moule de congélation multi portion pour purée de bébé comme celui-ci.  Avec ces proportions, je remplis mes deux plaques. On laisse au congélateur au moins 12 heures et après, on se régale!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Alors, est-ce que cette recette vous tente?

 

 

 

 

 

 

Bijoux·DIY

« Mamaaaan, je voudrais une couronne comme Raiponce! » – le tuto du diadème

« Mais bien sûr, ma chérie, maman va te faire ça! »

Alors voilà, ma mission, si je l’accepte, est de faire une couronne à la Raiponce pour ma princesse de 4 ans. Bon, bon, bon…

Au départ, j’imagine la faire en tissu, et finalement, je tombe sur une bobine de fil en laiton à Leroy Merlin, en allant acheter ce qu’il faut pour customiser un nouveau meuble en bois de chez Ikea (vous le sentez ou pas le prochain article?) Et là, c’est la révélation, je sais comment je vais faire une vraie couronne de princesse pour ma coquette.

Alors, oui, si on veut être honnête, je n’ai pas fait une réplique de la couronne de Raiponce, car voyez-vous, je n’ai ni rubis, ni diamant sous la main. Par contre, j’ai des perles, beaucoup de perles, et qui traînent dans une boite depuis plusieurs années en plus! Résultat, à part la bobine de laiton, j’ai tout sous la main.

Si jamais ça vous tente de devenir « the best mum of the universe » dans les yeux de votre fille (oui, oui, ça m’a fait ça à moi!), je vous explique ci-dessous comment faire cette couronne…, euhh ce diadème…, ce bijoux de tête quoi!

Pour ce faire, il vous faut:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-du fil en laiton ou autre fil souple doré en 3 épaisseurs

-du masking tape pailleté (couronne de princesse oblige!)

-des perles: de différentes tailles (vérifier que le trou de certaines soient assez larges pour passer le fil le plus gros deux fois) et/ou de différentes matières (les perles de verre et de rocaille sont parfaites pour mimer des joyaux)

-des sequins

-une pince coupante à bout pointu

Et c’est parti! On commence par former la base en tressant largement 3 brins du laiton le plus large. On mesure le tour de tête de la prétendante à la couronne auquel on rajoute quelques centimètres (plus si on veut tresser de façon plus serré). La couronne telle que je l’ai imaginé se porte haut sur la tête. J’ai donc pris ma mesure sans passer sur le front.

Une fois, la base tressée, on vérifie sur la tête le résultat et on croise les deux extrémités pour que la taille soit ajustée. On fixe les deux bouts grâce au masking tape et on renforce avec un fil de laiton de la taille intermédiaire. Pour éviter à l’enfant de se griffer, on prend soin de glisser le départ du fil sous l’adhésif puis son extrémité grâce à la pince à bout pointue.

Maintenant, on réalise la partie avec les perles. On sectionne un bout du câble en laiton d’épaisseur moyenne. La longueur dépend de l’effet voulu, compter un mètre, voir plus (attention à ce que ça ne s’emmêle pas!) que vous retaillerez si besoin. Les deux-tiers du fil serviront pour le centre et la droite de la couronne, l’autre tiers pour la gauche.  Il faut nouer le câble au deux-tiers, en l’enroulant autour de la couronne et en  décalant par rapport au centre, de sorte que la petite partie du fil puisse former le coté gauche et la grande partie le centre et le coté droit. Avec le long fil, on forme un premier cercle avec une perle enfilée puis un second, en passant dans/sous les brins de la tresse puis dans la perle afin de fixer le tout. Puis c’est à vous de laisser libre court à votre imagination! (attention, les photos passent en mode nuit!)

Quelques conseils : pour la forme diadème, faites attention à ce que les volutes les plus hautes se trouvent  au milieu. De même, on repère sur la base, de chaque coté où doivent s’arrêter les volutes, plus petites celles-ci.  Pour consolider l’ensemble, repasser après chaque cercle dans les formes voisines, dans des perles ou sous la base et en alternant devant/derrière. Pour fixer les perles, il suffit de passer deux fois dedans ou de former une autre volute pour la bloquer. Le fil intermédiaire est facile à manier. Comme il est enroulé largement, il forme facilement des arrondis. Attention à ne pas le tordre car il serait difficile de lui redonner une forme parfaite!

Après avoir formé la partie centrale et droite de la couronne, on recommence avec la partie gauche. Pour ma part, j’ai profité de l’excédent de fil à gauche pour revenir former des cercles au centre et à gauche. Cela permet d’harmoniser et d’étoffer la forme globale de la couronne. Pour finir, j’ai glissé l’extrémité du fil dans une perle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si on le souhaite, on peut s’arrêter là. Moi j’ai voulu habiller les branches du diadème avec des sequins et des perles de rocailles. J’ai coupé deux fois 40 cm environ du fil de laiton le plus fin (de quoi faire un aller retour depuis le masking tape jusqu’au début des volutes) et j’ai enfilé à distance régulière des sequins avec des perles de rocaille.  Attention à ne pas « contrarier » ce fil, qui se pince beaucoup plus facilement. Une fois les fils prêts, il n’y a plus qu’à l’enrouler autour des branches, en prenant soin d’enrouler et dissimuler les extrémités au niveau du scotch!

Ensuite, savourez le sourire de votre enfant ❤ !

Ps: je suis sûre qu’il est tout à fait possible d’adapter ce tutoriel à un prince en manque de couronne!

N’hésitez pas à me montrer vos réalisations ou à me laisser un commentaire!

Couture·Décoration·DIY

Le mobile « gla-gla » fait maison

Après le tapis de pompons, je voulais vous parler d’un autre élément home-made de la chambre de Monsieur Sourire: le mobile. Dans les premiers temps de ma grossesse, j’ai trouvé à Maisons du Monde un petit renard en bois peint (je vous le présenterai dans un autre post, c’est promis!). Il a longtemps été hébergé par ma fille dans sa chambre. Elle voulait le garder jusqu’à l’arrivée de son petit frère, une manière pour elle de préparer sa venue.

J’ai imaginé la décoration de la chambre de ce petit à venir à partir de ce renard, en choisissant le thème du Grand Nord et pour les couleurs, du blanc, du bleu turquoise, du vert-d’eau, avec du bois brut pour réchauffer un peu le tout. Une décoration toute trouvée pour mon baby, né en plein hiver!

J’ai cherché un peu partout un mobile qui pourrait rentrer dans ce thème, et de préférence qui soit en bois (vous parlerai aussi une prochaine fois de ma démarche pour essayer de réduire le plastique à la maison) mais sans succès, alors je l’ai fait moi-même.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les animaux sont réalisés à partir des gabarits du spécial « Coudre, c’est facile » n°14 / Un monde féerique en feutrine. Au départ, j’avais prévu de faire mes petits animaux en tissu, mais ça ne rendait pas terrible, les pièces étant trop petites. Je me suis rabattue sur la feutrine. En plus, j’avais trouvé sur Pinterest un tuto pour faire des perles en feutrine, et j’aimais bien l’idée de la manier sous différentes formes. Les explications du blog de cœur d’artichaut sont très claires et ces perles sont plutôt faciles à réaliser (même si les miennes n’étaient peut être pas aussi parfaites!).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai trouvé la potence en bois ainsi que la boite à musique sur maginéa,  le support à 6 branches et les flocons en bois sur 10 doigts, la laine cardée et les perles en bois hexagonales à Cultura.

Le plus compliqué, c’est d’équilibrer le mobile. Je pensais le faire  en variant la longueur de fil lors du montage des personnages sur le support mais ça n’est pas la bonne option d’après moi. Visuellement, il vaut mieux que chaque animal arrive au même niveau (sans compter qu’il pourrait être dangereux que le bébé puisse attraper un élément qui pendouille trop). J’ai un peu bidouillé sur l’attache qui relie le mobile à la boite à musique mais ce n’est pas très stable comme résultat. En plus ma belette adore jouer avec le mobile de son frère et elle donne beauuuucoup d’élan aux personnages pour qu’ils tournent (c’est un mobile n’est-ce pas!). Bref, c’est un peu de guingois si je ne le replace pas régulièrement.

Mais moi je l’adore ce mobile, même s’il penche un peu, et Monsieur Sourire aussi, qui se marre encore plus que d’habitude lorsque je le mets en marche.

Et vous, quelles sont les choses que vous avez faites pour l’arrivée de bébé?

 

 

Décoration·DIY

Le tapis de pompons : un des douze travaux d’Hercule?

Dans le genre « en voilà une idée, qu’elle est bonne! », il y a par exemple faire cuire un œuf au micro-ondes, ranger son tube de crème pour les mains près de son tube de dentifrice ou  demander à un homme de trouver un truc dont on a besoin dans un placard (« je le vois pas!   Mais si c’est là!!   Non, non j’ai bien regardé, je te dis que ça n’y est pas! ). Dans ma « not to do list », il y a maintenant se lancer dans la confection d’un tapis en pompons (vous voilà prévenu si jamais l’idée vous traverse l’esprit).

Pendant ma grossesse, j’ai longuement réfléchi à la préparation de la chambre de Monsieur Sourire et j’ai eu envie de confectionner quelques petites choses pour lui, notamment un  tapis pour mettre près de son lit. Après quelques recherches, je tombe sur DaWanda, sur ce tutoriel pour réaliser un tapis avec des pompons.

Aubaine, j’ai de la laine à la maison de la bonne couleur et des appareils à pompons, je peux commencer tout de suite. Je me lance alors, pleine d’enthousiasme, dans la confection de mes premières boules de laine. Au passage, merci les appareils à pompons qui sont, à mon sens, plus qu’indispensables pour mener à bien ce projet.

Les 20 premiers, je trouve ça plutôt rigolo de varier les couleurs et la taille, c’est tout doux, ça pourrait presque détendre. Mais les 50 suivants, je me dis que bon, ça fait quand même un peu mal aux doigts et que c’est vraiment très, très, très répétitif même si je les fais sur plusieurs jours. La centaine qui suit, je me demande vraiment pourquoi je me suis lancée dans cette galère!!! J’ai flingué ma paire de ciseaux qui n’en peut plus de couper tant d’épaisseur de laine et je commence à avoir des cals aux doigts (là j’exagère un peu…). Et pourtant, je suis encore loin du compte! Malgré sa taille modeste, j’ai dû réaliser plus de 350 pompons (je n’ai pas poussé le masochisme jusqu’à les compter ). De quoi être dégoutée des pompons pour le reste de ma vie!!!

Contrairement au tuto de DaWanda, je n’ai pas utilisé de toile à broder mais un simple tapis de bain, plus simple à trouver. Avec une aiguille à broder assez grosse, attacher les pompons est un jeu d’enfant.

Tous ces efforts n’ont pas été vains, je suis contente du résultat. Mon petit a un tapis tout doux à découvrir avec ses petites minimes à défaut de pouvoir marcher dessus pour l’instant.

Qu’en pensez-vous? Envie malgré tout de vous lancer dans le marathon du pompon?

 

Décoration·DIY

L’étagère industrielle qui ne coûte pas un rein

Après avoir causé couture, j’avais envie de partager avec vous un projet plutôt déco.  Récemment, nous avons quitté notre maison (et notre région!) pour emménager dans un nouvel endroit, en location. Les pièces étant différemment agencées, il a fallu repenser nos solutions de rangement avec un impératif majeur, PAS DE TROU dans les murs (ou faire une croix sur notre caution)!!

L’Homme et moi aimons particulièrement le mobilier industriel, les matières brutes comme le bois et le métal, l’authentique, le patiné par le temps, en bref, des trucs qui coûtent les yeux de la tête ou un bras ou un rein, et parfois tout ça à la fois.

Comme nous voulions un meuble de grande dimension pour accueillir mes nombreux bouquins, qu’il n’était pas question de percer les murs, et encore moins de nous séparer de certains organes (on aime la déco mais y a des limites), nous avons fureté pour trouver une idée. Et nous sommes tombés sur cette page du blog Skreytum Hús qui présentait un Ikea hack parfait pour nous, à partir des étagères Hyllis.

Alors oui, on oublie le coté authentique des meubles qui ont vécus mais il parait qu’il faut savoir faire des sacrifices dans la vie.

Plusieurs difficultés se sont présentées (mais à vaincre sans péril on triomphe sans gloire!) D’abord, convaincre l’Homme que le résultat allait valoir le coup et ne ferait pas trop cheap, il a fallu batailler rude, mais j’ai gagné (héhéhé!). Comme nous voulions un résultat un peu différent, avec un angle, pour s’ajuster à la taille de notre salon, j’ai sorti un crayon, du papier et le bout de ma langue (signe de réflexion intense, le calcul n’est pas mon fort) pour trouver le nombre d’étagères nécessaires et surtout, la dimensions des planches (avec les différentes marges liées à la visserie, le retour d’angle etc…).

Après un petit tour chez le géant suédois et le magasin de bricolage du coin pour nous fournir en bois et peinture, hop hop hop, on se lance. Bon, alors la peinture pour acier galvanisé sans sous couche, ça ne MARCHE PAS! Comme il n’était pas question de bomber les étagères (la pollution intérieure, c’est un sujet qui me parle), nous avons donc poncé, sous couché puis peint en noir chacune des étagères. C’est fastidieux mais au moins ça tient!

Après les avoir installées près du mur pour valider l’espacement, nous sommes passés à la découpe et à la teinte des planches. Et quelques heures de séchage et de rangement plus tard, TADAAAAM!!

Un max de rangement pour un minimum d’investissement!

 

Couture·DIY·Vêtements Enfant

le sarouel simplissime

Monsieur Sourire, à 5 mois, pousse comme un champignon et bouge, bouge, bouge… Il était donc urgent de lui trouver un pantalon ample et facile à porter. Minuscule Infini m’a plus que comblé avec son tuto – gratuit- pour coudre en un tour de main un sarouel, évolutif s’il vous plait. Oh joie!

Bien que s’adaptant à la croissance de bébé, je me suis empressée de réaliser ce pantalon avant que bébé ne grandisse trop: Monsieur Sourire commence à porter du 1 an, cet enfant a sûrement de la sève de bambou dans le sang! Je l’ai cousu en trois versions: un test avec des chûtes de tissu pour visualiser le rendu et valider la coupe, une tout jersey hyper confortable et une mixte jersey – coton.  Aussitôt fait, aussitôt porté.  Le patron, c’est ici. Le tissu, c’est…quelque part, mais je ne m’en souviens plus. J’ai choisi cet imprimé géométrique car il est mixte.

Outre la simplicité et la rapidité d’exécution de ce modèle, j’apprécie vraiment la ceinture large et souple qui épouse parfaitement les petits bedons et la forme ample qui laisse de la liberté de mouvement à mon babyboy aux cuisses bien convexes – dixit la pédiatre.

Sur ce, ma Miss réclame, elle aussi, un vêtement dans ce tissu (ben oui, puisqu’il est mixte!). En partant du même principe, et en 3 coups de cuillères à pot ciseaux, je lui ai cousu une petite jupette. Ma brindille a le même tour de taille que son frère, à peu de chose près, autant dire que je n’ai pas eu besoin de beaucoup de tissu, parfait pour mettre à profit de petits coupons.

La jupe ne tourne pas (personne n’est parfait, hein), mais ma coquette valide quand même.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avec d’autres chutes, je vais réaliser un petit accessoire assorti pour ma belette (à suivre dans un prochain article). On est coquette ou ne l’est pas, n’est-ce pas?

Couture

Une bouteille à la mer

Bon, bon, bon…. voilà, voilà, on y est, c’est le TOUT premier article, il s’agit de ne pas se louper. Par où commencer…le début peut être? Ce ne serait pas très original, certes, mais tellement logique. Alors je me lance, j’ai 35 ans, suis maman de deux têtes blondes qui ne dépassent pas le mètre (ou si peu), je travaille dans un domaine qui n’a riiiiiiien à voir avec les blogs, les loisirs créatifs etc… Je suis touche-à-tout depuis toujours, j’aime faire naître des choses entre mes mains, et me vient maintenant l’envie de partager ça avec d’autres personnes, raison pour laquelle je suis en train d’écrire ces lignes.

Après avoir essayé maintes et maintes matières à créer, le tissu remporte ma préférence. Il sera donc beaucoup question de couture dans ce blog. Mais pas seulement car j’aime découvrir de nouvelles techniques, les associer pour des projets créatifs, les abandonner pour mieux y revenir plus tard… ou pas!

Pour conclure ce premier billet, je partage avec vous ma toute dernière création, la robe trapèze à motif fleuri. La forme, le tissu, les boutons ont été choisis par celle à qui elle est destinée, ma « little miss Sunshine ». Avec les chûtes de tissu, j’ai confectionné une barrette nœud assortie, ma coquette est aux anges. Le patron est tiré du spécial Kids n°9 de « Coudre, c’est facile » et le tissu provient du site Rascol. A part les biais d’emmanchure qui m’ont donnés un peu de fil à retordre, la réalisation est assez simple pour un résultat plutôt mignon je trouve. Si je dois chipoter, je trouve la patte de boutonnage un peu épaisse.

 

Voilà, j’ai jeté ma première bouteille dans la mer Internet, et j’ai hâte que quelqu’un la récupère et me laisse un petit commentaire. Au plaisir de vous lire!